Vous êtes victime d’une erreur médicale ? Voici la démarche à suivre.

Publié par

Chaque mois de l’année emporte une certaine symbolique. Parmi eux, le mois de d’octobre est marqué par l’emblématique campagne « Octobre rose », considérablement relayée dans les médias ainsi que sur les réseaux sociaux. Cette campagne est l’occasion de sensibiliser la population au sujet de la lutte contre le cancer du sein mais également de l’informer sur ses droits en matière de droit de la santé ainsi que sur les différents recours existants.

Ainsi, alors que le droit à l’oubli permettant de ne pas déclarer un ancien cancer lors d’une demande d’assurance de prêt immobilier ou professionnel, a été consacré de manière récente par la loi n°2016-41 du 26 janvier 2016 de modernisation de notre système de santé, il convient de ne pas oublier que d’autres droits sont également accordés aux patients.

Ces droits sont inhérents à la qualité de patient, mais d’autres résultent directement des obligations que le médecin a envers eux (I). Si le médecin ne respecte pas ces obligations, il apparaît possible d’engager sa responsabilité (II). Dès lors, en cas de manquement de la part du médecin, faire appel à un avocat permettra de faire valoir vos droits devant la juridiction compétente (III).

I. Les obligations incombant au médecin

Le médecin a de nombreuses obligations dans la relation le liant à son patient. Parmi ces obligations (articles R. 4127-1 à R. 4127-34 du Code de la santé publique) apparaissent celles d’établir un diagnostic et traiter le patient en conséquence, d’obtenir le consentement libre et éclairé du patient, d’entretenir le secret professionnel ainsi que celle d’informer, de renseigner le patient. C’est sur cette dernière obligation qu’il convient de s’attarder du fait de son importance.

Il s’agit, dans un premier temps, d’une obligation déontologique du médecin  : 

« Le médecin doit à la personne qu’il examine, qu’il soigne ou qu’il conseille, une information loyale, claire et appropriée sur son état, les investigations et les soins qu’il lui propose. »

articles 35 du Code de déontologie médicale et R. 4127-35 du Code de la santé publique 

Toutefois, en raison de son lien avec le respect, l’intégrité et la dignité du corps humain, le législateur a consacré le droit à l’information comme un droit pour le patient, au sein du Code de la santé publique :

« Toute personne a le droit d’être informée sur son état de santé. »

article L111-2 du Code de la santé publique

Le patient dispose donc d’un droit à l’information. De cette manière, le médecin ne peut dissimuler son diagnostic au patient et ce, quelle qu’en soit la gravité, les différentes éventualités de traitement qui s’offrent à lui ou encore les dangers que présentent un traitement ou une opération. Si le manquement à cette obligation est avéré, la responsabilité du médecin peut être engagée.

II. La responsabilité du médecin

La nature contractuelle de la responsabilité du médecin est admise de longue date par la jurisprudence (Cass, civ, 20 mai 1936, Dr Nicolas/ Mercier). Cette dernière admet que l’obligation de soin, découlant  du contrat médical à la charge du médecin, implique une obligation de moyens selon laquelle le médecin doit tout mettre en œuvre pour prodiguer les soins nécessaires à son patient.

Le manquement du médecin à ses obligations est alors susceptible d’entraîner sa responsabilité contractuelle dont dispose l’article 1231-1 du Code civil. Pour se faire, il est nécessaire qu’il y ait une faute de la part du médecin, un préjudice certain, personnel et direct et un lien de causalité entre la faute commise et le préjudice subi.

Toutefois, de manière générale, la responsabilité du médecin est une responsabilité pour faute. Plusieurs fautes peuvent alors mettre en cause la responsabilité du médecin.

Tout d’abord, la responsabilité du médecin peut être engagée lorsque ce dernier commet une faute de nature technique. Cette faute se caractérise par une erreur qui résulte de la méconnaissance des usages et règles scientifiques établies au sein de la profession.

La faute technique peut, dès lors, résulter d’une inattention de la part du médecin dans le cadre du traitement, puis, dans le suivi post-traitement, mais également d’une erreur de diagnostic. La Cour de cassation a, en effet, estimé que le manque de discernement professionnel constitue une faute technique faisant perdre au malade la chance d’obtenir une amélioration de son état de santé (Cass, Civ. 1, 8 juillet 1997 n°95-17.076).

Par ailleurs, la responsabilité du médecin peut également être engagée pour non-respect du devoir d’humanisme médical (article R. 4127-2 du Code de la santé publique). Ce devoir d’humanisme médical renvoie généralement l’assurance de la continuité des soins au patient. Autrement dit, en toute circonstance, le médecin doit assurer la continuité des soins au patient.

Ainsi, dès lors qu’un préjudice est avéré et que la faute du médecin est apparente, le lien de causalité entre ces deux éléments doit être établi afin d’engager la responsabilité du médecin.

En tout état de cause, afin d’agir en justice, il est nécessaire pour le patient de réunir toutes les pièces médicales et ainsi, de constituer un dossier qui permettra d’établir les dommages subis ainsi que la responsabilité du praticien et d’engager une procédure.

Cette procédure apparaît complexe, d’autant plus que ce sont deux mondes éminemment techniques tels que le monde médical et le monde du droit qui s’affrontent. C’est pour cela qu’il est fortement conseillé de faire appel à un avocat.

III. Le rôle prépondérant de l’avocat

A première vue, il semble délicat de souligner les erreurs d’un praticien, puis de les démontrer. En effet, le manque de légitimité professionnelle ainsi que la confiance éprouvée envers le professionnel de santé sont des éléments qui peuvent légitimement faire douter le patient. Si un litige persiste entre vous et votre praticien, sachez qu’il est possible de faire appel à la protection juridique si vous en possédez une. La protection juridique est soit comprise dans un contrat d’assurance, par exemple votre contrat d’habitation, soit fait l’objet d’un contrat à part entière, un contrat de protection juridique pure. Votre protection juridique cherchera à trouver une solution amiable ou en cas de contentieux, prendra en charge tout ou partie des honoraires d’un avocat, d’un expert ou enfin d’un huissier si besoin.

Si votre protection juridique ne peut pas intervenir dans ce type de litige, si vous n’en possédez pas, ou si la recherche d’une solution à l’amiable s’est avérée vaine et qu’elle vous indique qu’il est temps de partir au contentieux , il peut sembler opportun de consulter un avocat spécialisé.

L’avocat étudiera, de manière objective, votre dossier et pourra évaluer vos chances de succès. Dans les cas les plus délicats, il pourra aisément faire appel à un expert médical pour appuyer sa consultation afin qu’elle soit tout à fait précise et en accord avec la réalité de la situation. Avoir recours à un avocat peut également paraître rassurant. L’avocat endosse le rôle de conseiller mais également celui de soutien moral et d’écoute lorsque le corps médical a failli à ce même devoir. De plus, l’avocat vous défendra, vous accompagnera dans cette procédure et maximisera vos chances de succès devant la juridiction compétente ainsi qu’au sujet du montant de l’indemnisation.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.