5 conseils avant d’acheter en copropriété

Publié par

Tout ce qu’il faut savoir avant d’acheter en copropriété

Un article de Matera.

Si vous vous apprêtez à acheter un bien immobilier en copropriété, voici tout ce que vous devez savoir avant de signer.

Conseil n°1 : Vérifiez le montant des charges de copropriété

Depuis l’entrée en vigueur de la loi Alur en 2014, le droit d’information de l’acheteur est renforcé. Ainsi, avant le compromis de vente ou la promesse de vente, il peut demander à consulter le pré-état daté. Il s’agit d’un document qui résume l’ensemble des données financières de la copropriété, en particulier : 

  • Le montant des charges de copropriété rattaché au lot vendu ; 
  • Le montant du fonds de travaux rattaché au lot vendu, le cas échéant. 

Bon à savoir : Le fonds de travaux a été instauré par la loi “Alur” et est une réserve qui sert à anticiper les dépenses de travaux de mise aux normes ou de travaux votés en assemblée générale non prévus dans le budget prévisionnel. 

Conseil n°2 : Discutez de la qualité de gestion du syndic avec les autres copropriétaires

Lorsqu’on achète un appartement en copropriété, on devient copropriétaire. Or, d’après la loi de 1965, toute copropriété est gérée par un syndic

Il existe différents modèles de syndic selon la loi : 

  • Le syndic professionnel : dans ce modèle, les copropriétaires délèguent la gestion de la copropriété à une société externe en échange du paiement d’honoraires ;

Attention ! Le syndic professionnel facture également des frais annexes pour toute prestation supplémentaire non incluse dans le contrat de base comme par exemple l’établissement d’un état daté en cas de vente ou une commission sur les travaux en copropriété. Pour faire baisser les honoraires, des syndics en ligne fleurissent depuis quelques années sur le marché. S’ils permettent de faire réduire considérablement les frais de syndic, ils n’ont pas d’agence physique et peuvent donc parfois manquer de réactivité. 

  • Le syndic bénévole : ici, un copropriétaire est élu en assemblée générale par les autres copropriétaires en qualité de syndic ; 
  • Le syndic coopératif : dans ce modèle, c’est le conseil syndical, un ensemble de copropriétaires élu en assemblée générale, qui gère la copropriété sans intermédiaire. Même si, légalement, c’est le président du conseil syndical qui gère la copropriété ; dans les faits, tous les conseillers syndicaux se répartissent les missions du syndic entre eux, ce qui permet plus de réactivité et plus de transparence. 

Le syndic administre les parties communes de l’immeuble et doit s’assurer de la bonne tenue de l’immeuble. Il est donc important de vous assurer que le syndic gère bien l’immeuble. En effet, si ce n’est pas le cas, l’immeuble peut se dégrader petit à petit et votre logement peut, à terme, perdre de la valeur ! 

Pour vous renseigner sur le sujet, nous vous conseillons de vous discuter avec les copropriétaires sur place ou bien avec le conseil syndical, si la copropriété en a désigné un. 

Conseil n°3 : Consultez le règlement de copropriété

En copropriété, tous les résidents, y compris les locataires, doivent respecter le règlement de copropriété. Ce document fixe les règles de fonctionnement de l’immeuble. 

Nous vous conseillons de le consulter en détail avant de signer l’acte définitif de vente afin de connaître les règles de vie qui s’imposeront bientôt à vous. En effet, certains règlements interdisent par exemple la mise en place d’un local commercial ou professionnel.

5-conseils-avant-d-acheter-en-copropriete
Des immeubles parisiens

Conseil n°4 : Vérifiez si des travaux ont été votés dernièrement

Certains travaux ont pu être votés dernièrement et sont peut-être sur le point d’être réalisés. En tant que nouvel acquéreur, si c’est le cas, ce sera à vous de financer la part des travaux rattachée à votre lot. 

Ainsi, nous vous invitons à vérifier si des travaux ont été votés dernièrement et, si oui, quel est leur montant. Cela vous permettra d’anticiper de grosses dépenses. 

Pour obtenir facilement cette information, vous pouvez demander les trois derniers procès-verbaux des assemblées générales de copropriété. N’hésitez pas à prendre également contact avec le syndic pour récolter des informations sur les projets en cours dans l’immeuble !

Conseil n°5 : Étudiez la situation financière de la copropriété

Dernier conseil, et non des moindres : nous vous invitons à regarder attentivement la situation financière de la copropriété avant de vous engager. 

Pour ce faire, vous pouvez notamment vérifier le niveau global des impayés ainsi que celui rattaché au lot vendu. N’oubliez pas non plus de regarder la dette fournisseurs s’il y en a une ! En effet, en cas de dette trop importante, les différents prestataires (ménage, espaces verts, etc.) arrêteront de venir et l’état de l’immeuble se dégradera rapidement, ce qui pourra faire diminuer la valeur de votre bien.

Matera est une startup française créée en 2017 qui révolutionne la gestion des copropriétés en France et en Europe en remettant au goût du jour le modèle du syndic coopératif.

Finis la gestion externalisée et les intermédiaires inutiles, les frais cachés, les retards dans les travaux, Matera redonne le pouvoir aux personnes les mieux placées pour prendre soin de leur immeuble et de leur lieu de vie : les copropriétaires eux-mêmes.

Grâce à une plateforme en ligne qui automatise toutes les tâches courantes de la copropriété et un accès direct aux experts et artisans, la gestion de la copropriété est simplifiée. Résultat ? Un gain de temps, d’efficacité, de convivialité et 30% d’économies de charges en moyenne pour les 3 500 copropriétés clientes.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.